Boucheron

« Je ne Sonne que les Heures Heureuses. »

Inventé par l’horloger Rousseau en 1785, un cadran solaire situé dans le jardin du Palais Royal à Paris renvoyait quotidiennement sa lumière au coeur de la première boutique de Frédéric Boucheron. Sur le socle d’origine était gravé

« Horas non numeri nisi serenas. »
« Je ne Sonne que les Heures Heureuses. »

Fasciné par cette vision du temps et de la vie, Frédéric Boucheron choisit de faire sienne cette devise. Ainsi, tel un talisman, un garde-temps Boucheron escorte l’émotion partagée et célèbre les plus beaux moments de la vie.